Sauter la navigation

La problématique énergétique en France, la lutte contre le réchauffement climatique

Aide

La problématique énergétique en France, la lutte contre le réchauffement climatique

La problématique énergétique en France, la lutte contre le réchauffement climatique, sont des thèmes centraux.

Je propose d'étudier ensemble:

  1. La production d’énergie. (L’offre.)
  2. La consommation d’énergie. (La demande.)
  3. Diplomatie internationale de l’environnement. (Vers une solution globale.)

1. La production d’énergie.

Nous utilisons:

  • Les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) : 70%.
  • Nucléaire : 17%.
  • Biomasse : 6,4%.
  • Hydraulique : 3,5%.
  • Solaire et éolien : 1,8%.
  • Biogaz :1,2%.

Comment proposer une offre d’énergique d’origine non fossile?

Nucléaire :

2ème génération de réacteur :

58 REPs (Réacteur à Eau Pressurisée) sont en service sur 19 sites. Il parait difficile d’envisager d’installer une école maternelle sur le site d’une centrale démantelée.
Une option est de remplacer les REPs en fin de vie par des réacteurs de 3ème génération.

3ème génération de réacteur :

4ème génération de réacteur :

Il s’agit de la génération capable de sécuriser notre approvisionnement en énergie pour 1000 ans. (Le nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique http://www.ffe-modem.org/allemagne-europe-centrale/node/525)

Renouvelables :

Couvrir nos besoins en énergie via des renouvelables, c.-à-d. :

  • Recouvrir 25% du territoire d’éoliennes. (voir « L’éolien pour la France » http://www.ffe-modem.org/allemagne-europe-centrale/node/512#comment-555)
  • Recouvrir 4% du territoire de panneaux solaires. (voir "le photovoltaïque pour la France." http://www.ffe-modem.org/allemagne-europe-centrale/node/521"
  • Développer des systèmes de stockage hydraulique grands comme l’Ile de France.

C’est colossale.

L’impact sur notre environnement visuel est du même ordre que les routes, les fils électriques, les travaux d’infrastructure en générale.
L’éolien et le solaire représentent que quelques % de notre consommation d’énergie bien derrière la biomasse et son produit phare : le feux de cheminé.

Eolien :

Dérèglementer l’implantation des fermes éoliennes pour déveloper cette energie en France.

  • Limitation de construction à moins de 200m d’une habitation au lieu de 400m.
  • Autoriser des éoliennes à moins de 100m du rivage et faire fi de la loi littorale.
  • Augmenter la hauteur de mat ne nécessitant pas de permis de construire, par exemple 20m au lieu de 12m. (L 421-1-1 du Code de l’urbanisme)
  • Supprimer l’accord du préfet dans la délivrance du permis de construire.
  • Nécessité d’une étude d’impact (article L 553-1 et suivant du Code de l’environnement) pour les sites de puissance supérieure à 4.5 MW au lieu des 2.5 MW aujourd’hui.

Les EnRs (Energie Renouvelables) ont une production très irrégulière, il se pose le problème du stockage de l’énergie. (Le problème se pose dans une moindre mesure avec le nucléaire.)

Comment stocker l’énergie ?

La France possède des installations de stockage d'électricité pour une puissance totale de 17,3 GW (4,3 GW de STEP (stations de transfert d’énergie par pompage) et 13 GW d’hydraulique avec réservoir). (Cf. http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/91172_rapport-p...)
Cette capacité nous permet de travailler avec un minimum de sérénité mais la marge pour faire mieux est limité :

  • Inonder des vallées habitées.
  • Dégrader la côte, on peut faire du stockage par pompage turbinage sur certains coins près de la mer. A Beg An Fry entre Lanmeur et Guimaec par exemple, un beau site pour 12 GWh de capacité... Les légumiers vont apprécier.

2. La consommation d’énergie.

Quelle est notre consommation individuelle ?

Des ordres de grandeur (Sustainable Energy – Without the Hot Air. » de David J.C. MacKay):

  • Voitures (50 km/jour) : 40 kWh/jour
  • Avions (un voyage de 10000 km par an): 30 kWh/j
  • Chauffage/climatisation : 37 kWh/j
  • Lumière : 4 kWh/j
  • Nourriture/agriculture/engrais : 15 kWh/j
  • Gadgets (consommation électrique pour Ordinateurs et périphériques, Téléviseur, Téléphone….) : 5 kWh/j
  • La fabrication/vente/transport des biens manufactures : 60 kWh/j
  • Service publique (défense): 4 kWh/j
  • Total : 195 kWh/jour

Comment réduire sa consommation d’énergie ?

A titre individuel :

  • Réduire drastiquement sa consommation de viande, accepter d’avoir froid au chaud, éviter l’avion, abandonner sa voiture et en accepter les conséquences dans sa vie personnelle et professionnelle.
  • Eviter de laisser brancher son chargeur de téléphone, ça ne sert à rien de significatif. Abandonner son sèche-linge et étendre son linge au balcon, là tu gagnes 1 kWh/j.
  • Ceci impacte drastiquement le mode de vie. (Je parle par expérience.)

Au niveau collectif :

  • Il y a corrélation entre croissance et consommation d’énergie.
  • Nous connaissons l’état de nos finances.
  • Nous concevons aisément le coup social terrible dans de nombreuses industries.
  • Quelles mesures pour y arriver ? Quel coûts ? « Nouvelle donne» a publié l’étude suivante : https://www.nouvelledonne.fr/wp-content/uploads/2015/09/3-1000-Mds-propo...... C’est intéressant mais pour le moins très directif…

3. Diplomatie international de l’environnement:

La problématique énergétique est une problématique mondiale.
Une taxe Carbonne n’aurait pas de sens si sa conséquence est de déplacer la production manufacturière là où la taxe n’existe pas.

Je me félicite de la réelle implication des présidents français sur le problème climatique :

  • L’initiative utile du président Hollande d’organiser la COP21 à Paris. Bali, Poznań, Copenhague, Cancun, Durban, Doha, Varsovie, Lima c’est bien, mais je préfèrerais Washington, Moscow, Beijing, New Delhi, Londres….
  • La création d’une Union Pour La Méditerranée, fut le fruit des présidents Chirac (fondateur du processus de Barcelone) et Sarkozy (1er Coprésident de l’Union). L’énergie, environnement et changement climatique font partie des principaux thèmes de travail.

Conclusions :

Pour l’offre :

Dans la lutte contre l’effet de serre le nucléaire reste une option incontournable pour les 50 prochaines années.
L’EPR d’Areva a des énormes problèmes de mise en œuvre dont nous devons prendre acte.
L’AP1000 semble en poser un peu moins. (réacteur moins puissant, plus longue maturation technologique, tous nos réacteurs français sont de conception Westinghouse...)
Lancer la construction de nouveaux réacteurs AP1000 est une solution pour mitiger le risque lié à l’EPR d’Areva. Nous avons vu qu’il est aussi possible de faciliter l’implantation des fermes éoliennes.
Pour le reste il s’agit plus d’une question de compétitivité par rapport au marché et surtout il se pose le problème du stockage de l’énergie.

Pour la demande :

J’ai peur qu’il soit illusoire de croire que les efforts individuels puissent réduire la consommation d’énergie.
Une politique incitatrice efficace ne peut éviter d’avoir un impact sur les coûts (taxe sur les carburants….), sur les finances publiques (aide à l’isolation…), sur nos libertés (restriction du transport aérien, rationalisation de l’essence…) et mener à une politique de décroissance.

Pour voir plus loin :

Une centrale photovoltaïque géante Noor au Maroc (https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_solaire_Noor) , géante mais « que » de 560 MW, indique peut-être une direction.
La possibilité à terme de vivre sur les EnRs de nos amis du sud de la Méditerranée.

Contact : fabrice.tressard@ffe-modem.org

#1

Energie primaire vs énergie finale:

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_en_France dit:

« La consommation d’énergie primaire se répartissait en 2014 en 47,5 % de combustibles fossiles (30,1 % de produits pétroliers, 14 % de gaz naturel, 3,4 % de charbon), 42,4 % d’électricité primaire non renouvelable (nucléaire 43,8 % + production pompage – solde exportateur électricité 2 %), 9,6 % d’énergies renouvelables (4,1 % bois, 2,4 % hydraulique, 0,9 % biocarburants, 0,6 % pompes à chaleur, 0,5 % éolien, 0,5 % déchets urbains, 0,2 % photovoltaïque, 0,4 % divers) et 0,4 % de déchets urbains non renouvelables. »
Wiki parle d'énergie primaire lorsque nous parlons d’énergie finale.
En énergie finale, le nucléaire c’est 17 % de l’énergie utilisée.
En énergie primaire, la chaleur dégagée par les centrales nucléaires correspond a ~ 43 % de l’énergie primaire utilisée en France. Ensuite cette chaleur passe par les turbines et on obtient un rendement d’environ 35% pour obtenir l’énergie finale.
La différence entre primaire et final pour les combustibles fossiles est faible (1l de brut va passer à un litre de diesel avec un rendement d’environ 95%).
A contrario, la différence entre énergie finale et utile sera beaucoup plus importante pour les fossiles (1kWh d’énergie chimique donne 0.2 kWh d’énergie mécanique) que pour l’électrique (les moteurs électriques ont un rendement d’environ 85-90%)
Enfin pour les énergie renouvelables électriques, on prend l’énergie produite (finale) et on y applique un coefficient de conversion arbitraire pour les intégrer aux calculs d’énergie primaire (3.5 de mémoire).

#2

Hiver 2017.

Il était annoncé une fourniture d’électricité “délicate” cet hiver.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/11/08/20002-20161108ARTFIG00119-...
http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/11/08/edf-n-exclut-pas-des-c...
Pour y faire face nous avons du repousser la mise en œuvre de contrôle au sein de centrale nucléaire.
http://www.lemonde.fr/energies/article/2017/01/13/l-asn-donne-son-accord...
Il y a une corrélation forte entre la croissance économique et la consommation d’énergie:
http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/energie-et-croissanc...
Nous établissons des budgets basés sur des prévisions de croissance.
Par exemple:
1,5% en 2017; 1,5% en 2018; 2% en 2019; 2,5% en 2020. (Je prends ces nombres uniquement pour l’exercice, ce n’est pas une prévision.)
Ou trouve-t-on l’énergie pour cette croissance?
• Les EnRs? Cela revient à ajouter chaque année un volume d’énergie équivalent à la production actuelle!
• Les fossiles? Probablement, mais que fait-on de la réduction des émissions de gaz à effet de serre?
• Le nucléaire? Avec quelles centrales?

Conclusion :
Il est hélas urgent d’investir dans une extension de notre parc nucléaire.

Besoin d'aide ?

Blog

The blog lets your team communicate by posting updates and discussing issues. It is a great place for sharing progress, discussing challenges, and exploring ideas.