Sauter la navigation

L'Europe à plusieurs vitesse? Vivement demain!

Aide

L'Europe à plusieurs vitesse? Vivement demain!

Le débat actuel sur l’Europe à plusieurs vitesses est à la fois sain et agaçant. Sain parce qu’il est grand temps de reprendre ce vieux thème si on veut sortir de la paralysie actuelle de l’Europe. Agaçant car cette idée est vieille comme la construction européenne et le traité de Lisbonne prévoit expressément la possibilité pour ceux qui le souhaitent d’approfondir certaines coopérations, dites alors renforcées. Lisbonne a même le mérite de décrire le cadre précis dans lequel ces coopérations renforcées peuvent être conduites. Nul besoin donc de se rencontrer pour défendre l’idée de ce concept déjà institutionnalisé. Le mini sommet de Versailles apparait donc comme le hoquet inattendu de Lisbonne, et qui malheureusement souligne la vacuité du concept 12 ans après la première soumission du texte qui régit depuis ce sujet.

Nos beaux Grands Princes Electeurs réunis dans le symbole de l’Ancien Régime français ont encore marqué leur absence de volonté politique à traiter les vrais sujets. Il serait plus judicieux de faire au lieu de dire, d’utiliser les textes actuels au lieu de disserter inutilement sur des idées qu’ils intègrent déjà. Ce hoquet à quatre montre la timidité, le manque d’audace, et donc finalement la culpabilité de ces quatre Grands, qui ont l’arrogance de se croire grands sans oser assumer pleinement leur entière responsabilité. On leur souhaite donc à tous de disparaitre le plus vite possible de l’échiquier politique européen et de laisser la place à des leaders portés par ce nouvel esprit de La Haye qui se remet enfin à souffler partout en Europe.

Car c’est cela la véritable révolution en Europe. Encore timidement mais résolument, des initiatives citoyennes sont lancées pour défendre la plus chère de nos idées face à la bêtise populiste ou face à l’inaction des élites politiques. Les Ukrainiens nous avaient montré le chemin il y a quatre ans de cela, de façon admirable, en brandissant fièrement des drapeaux européens au grand étonnement d’une Europe de fait entièrement eurosceptique. Et bien voilà que nos villes européennes se mettent aussi à brandir vaillamment ces magnifiques drapeaux pour tenter d’arrêter la folie, le renoncement, la culpabilité d’une Europe que nous voulons, mais que nous voulons tellement autre, tellement plus démocratique, donc tellement plus légitime, donc tellement plus efficace, et donc finalement tellement plus fédérale sur le périmètre que la subsidiarité lui laissera. Et cette Europe nous la voulons de toutes nos forces.

Une Europe fière de la paix qu’elle doit plus que jamais continuer à défendre. Une Europe si riche de ses lumières et d’une liberté qui n’est pas négociable. Une Europe pétrie de solidarité et de fraternité que nous irons réclamer la rage au ventre si nos élites européennes continuent à les piétiner. Une Europe dont la fierté est toute faite d’une humilité acquise dans de trop sanglantes leçons d’histoire, mais dont la fierté se veut responsabilité face à un monde de nouveau menaçant. Cette Europe est gardienne de formidables valeurs universelles dont le monde et nous même avons avoir tant besoin.

Alors que la bête resurgit de toute part, l’Europe doit se dresser et écraser l’infâme, tout en reconnaissant sa responsabilité sur la réapparition de l’infâme. Assez de renoncements et de négligences coupables.

Et c’est pour cela que j’irai avec une réelle joie dimanche prochain, et les dimanches suivants, brandir mon drapeau européen au Gendarmenmarkt à Berlin (#PulseofEurope). C’est pour cela, que j’irai à Rome le 25 Mars présenter mon profond respect aux signataires du Traité de Rome et hurler dans la rue que l’Europe n’appartient pas à ces Grands Princes Électeurs qui font semblant de nous gouverner et qui sont coupables de trahison depuis le sommet de Nice. Non l’Europe ce n’est pas eux, l’Europe c’est nous, elle nous appartient, nous sommes l’Europe. Donc à nous de la défendre, de la faire vivre!

Enfant du XXIème siècle je mettrai dans mon drapeau européen pas mal de vos histoires familiales. Ce grand oncle fauché à 22 ans dans la Somme, cet oncle juif allemand né à Paris dans une fuite incessante devant l’avancée du monstre fasciste, ma grande tante allemande qui a mené le treckwagen de la Prusse Occidentale au Mecklembourg sous les bombes et dans le froid du mois de février 1944, ces paysans polonais/ukrainiens de la région de Lvov qui ont repris la ferme familiale en Prusse, mon grand-père allemand qui en 1947 a fait traversé à pied sa famille une frontière militarisée entre l’Est et l’Ouest pour se retrouver réfugié et sans papier dans son propre pays. Bref un inconscient collectif que nous partageons partout en Europe avec des histoires différentes, mais tellement similaires, et déclinées sur l’ensemble de ce continent. Nous sommes unis par ce cri identique : pus jamais cela ! Et ce Non commence aujourd’hui, c’est notre responsabilité immédiate. Assez de complaisance, on sait où cette négligence nous a conduit. Plus jamais. Pour nous. Pour nos enfants.

Et Cerise sur le gâteau j’irai à Rome, convaincu que les Français porteront Emmanuel Macron à la Présidence de la République, et que donc nous mettrons fin à une parenthèse de 22 ans d’absence française dont l’Europe n’a que trop souffert. Bref une Europe qui se remet en Marche! Grace à une France réconciliée avec elle même, dynamique et audacieuse.

Vivement demain!

Besoin d'aide ?

Blog

The blog lets your team communicate by posting updates and discussing issues. It is a great place for sharing progress, discussing challenges, and exploring ideas.