Sauter la navigation

Europe de la défense dans les affaires internationales.

Aide

Europe de la défense dans les affaires internationales.

Dans le cadre de la preparation du congrés du MoDem 2017.

Je considère comme point de départ le discours de Jean-Yves Le Drian (Prague « Conférence sur la sécurité et la défense », 9 juin 2017).
https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/les-ministres/jean-yves-le-drian/disco...

Je résume :

On a :

  1. Un outil législatif avec l’article 42 du traité de l’UE.. https://fr.wikipedia.org/wiki/Article_42_du_trait%C3%A9_sur_l%27Union_eu...,
  2. Et un projet le « Fonds européen de défense », (http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-17-1476_fr.htm)
  3. Ainsi qu’une « fraternité d’armes» avec pour conséquence 6000 soldats déployés dans le cadre de l’UE.

M Le Drian identifie 4 grands types de risques et de menaces :

  1. La première menace est terroriste et tout doit être mis en œuvre pour l’éradiquer.
  2. Les trafics illicites.
  3. Une contestation claire et à une véritable déconstruction de l’ordre de sécurité européen.
  4. Menaces de déstabilisation numérique.

Ce qui implique de travailler dans 3 directions :

  1. Les moyens, plus d’argent pour la défense afin de ”préserver notre autonomie de décision et d’action sur le long terme. ”
  2. La structuration, création d’une ”coopération structurée permanente”.
  3. Les opérations, création d'une direction chargée de préparer et commander ses "missions militaires non exécutives" (c'est-à-dire non combattantes), les Groupements tactiques de l'Union européenne pour "renforcer l’action de l’Union européenne en dehors de ses frontières".

Il s'agit donc du plan d'action du gouvernement.

Je m'inspire de ce plan d'action pour proposer les 3 axes de travail ci-dessous:

  1. Comment l’UE peut atteindre une autonomie de décision et d’action sur le long terme en matière de défense?
  2. Quelle structure l’UE pourrait mettre en place en matière de défense?
  3. Quel devrait être le spectre opérationnel de l’UE en matière de défense ?

1. Comment l’UE peut atteindre une autonomie de décision et d’action sur le long terme en matière de défense?

Aujourd’hui l’UE n’est ni autonome, ni unie en matière de défenses, il y a :

  • l’OTAN qui reste la structure de base de la défense Européenne.
  • Les armées nationales des pays souverains.

Tout de même, il y a :

  • Une culture stratégiques commune la Stratégie globale de l'Union européenne (SGUE) est la visant à améliorer l'efficacité de la défense et de la sécurité de l'Union et de ses États membres.
  • Une évolution légale sur le sujet : Le traité de Lisbonne, encourage le renforcement de la coopération inter gouvernemental. En terme de coopération inter gouvernemental, il y a/avait, la coopération franco-anglaise avec les accords de Saint Malo (98) suivis des accords de Lancaster (2010). Ces accords furent une conséquence directe de la crise au Kosovo et permirent une intervention franco-britannique en Lybie.
  • Une politique commune « officielle »: Au niveau européen la Politique de Sécurité et de Défense Commune regroupe tous les pays le l’UE sauf le Danemark. C’est un outil de gestion de crises.
  • Des moyens (modestes): Il y a le fond européen de défense avec 500 millions d’euro en 2020. Le 13 nov le conseil de l’Europe a voté un accord sur la coopération structurée. Les pays européens s’engagent à un investissement à hauteur de 2% du PIB pour la défense. (Ceci est déjà l’engagement non respecté des pays membre de l’OTAN, et les pays de l’UE sauf 6, Irlande, Autriche, Suède, Finlande. Chypre et Malte sont membres de l’OTAN.)

Il y a un frémissement réel, Jean-Yves Le Drian a enrayé la baisse des moyens alloués à l’armée chaque année depuis la guerre d’Algérie. En Allemagne, l’effort de défense va passer de 1.2% à 1.5% du PIB d’ici 4 ans.
L’UE est déjà une force autonome embryonnaire.

2. Quelle structure l’UE pourrait mettre en place en matière de défense?

  • *Une armée Européenne :* Un engagement militaire supranational à 27 semble hasardeux. L’esprit européen n’est pas encore assez fort pour générer le sens du sacrifice nécessaire à l’activité militaire. Le cœur des armées est national et l’UE n’est pas encore une nation. D’ailleurs le focus de l’UE reste les missions non combattantes. En Afghanistan le général de Villiers avait sous ses ordres 2500 soldats européens venant de 15 pays différents.
  • *Une politique industrielle commune :* Pour l’armement léger, des drones, les avions ravitailleurs… structurer notre industrie pour garantir l’autonomie de l’Europe semble l’étape la plus directement accessible.
    • Dassault et BASF travaillent ensemble sur les drones depuis les accords de Lancaster.
    • Le HK416, un fusil d'assaut de la firme allemande Heckler & Koch, semble devenir le standard des armées européennes.
    • L’avion ravitailleur, Airbus A330 MRTT, est opérationnel depuis 2011.
    L’augmentation programmée des crédits militaires permet des décisions politiques sur le « partage » des industries afin de limiter les duplications. Il s’agit de définir des standards européens.
  • *Une évolution de l’OTAN :* Le budget américain de la défense représente 72,2% de l’ensemble des budgets des membres de l’alliance mais l’Europe réinvestit dans sa défense. Si l’effort de l’Europe devient réel, il serait tout à fait possible d’intégrer un sous état-major européen autonome. Les accords dits « Berlin plus » garantissent à l’Europe pour ses propres opérations militaires, un accès aux moyens logistiques et de planification de l'OTAN.

Nous avons déjà des structures de défense. Il nous manque une politique industrielle européenne de défense.

3. Quel devrait être le spectre opérationnel de l’UE en matière de défense ?
Nos amis britanniques avaient précisés la relation avec l’OTAN : l'UE agira « lorsque l'Alliance en tant que telle n'est pas engagée », et « sans duplication inutile ».
Du fait de leur départ il n’y a de limites au spectre opérationnel de l’UE.

Dans les faits :

  1. Le premier facteur limitant est le facteur matériel.
    • En Lybie, les français-britanniques étaient dépendant de la logistique américaine.
    • Au Mali, durant l’opération Serval, les américains fournissaient C17, drones, avions ravitailleurs.
  2. Le second facteur limitant est l’absence de sentiment national européen.
    • L’UE n’est ni une nation, ni un peuple, ni un état.
    • La souveraineté est nationale ou dans le cas du Royaume-Uni, étatique.
    • La nouvelle structure européenne permanente de défense s’occupe uniquement de mission non combattante. C’est limitant mais très lucide même si durant l’opération Servat au Mali, la France a eu le support logistique de ces partenaires européen de l’OTAN.

Maintenant :

  • Le Globish (anglais simplifié) s’impose comme lingua franca, avec la langue une société civile européenne apparait et donc une identité européenne.
  • En Europe, l’institution européenne n’était pour rien dans: la révolution des Œillets (Portugal), la chute du régime des colonels (Grèce), la démocratisation en Espagne, la chute de l’Empire soviétique. Plus généralement, jusqu’à récemment, l’institution européenne n’était pour rien dans les mouvements du monde.Ce n’est plus vrai. En Ecosse, en Catalogne, en Ukraine ont fleuri les drapeaux européens. Le sentiment d’appartenance à l’Europe existe un peu.
  • Le spectre opérationnel reste encore celui des missions non combattantes mais de moins en moins non combattantes.

Pour conclure ce qu'il manque d'abord à l'Europe de la défense dans les affaires internationales c’est :

  1. Une politique industrielle commune.(Ca me semble dans l'ordre des possibles.)
  2. Des moyens.(Nous avons passé le point d'inflexion.)
  3. Un sentiment d’appartenance.(De très loin le plus difficile)

PS: Merci à Karine Lisbonne De Vergeron de "The Global Policy Institute" pour son support sur le sujet.

Besoin d'aide ?

Blog

The blog lets your team communicate by posting updates and discussing issues. It is a great place for sharing progress, discussing challenges, and exploring ideas.